Sortir de temps en temps de la relation marchande

Sortir de temps en temps de la relation marchande

Suite à un article que j'ai déjà publié au sujet du Club des Consultants Altruistes (CCA), beaucoup d'entre vous m’ont dit se sentir confortés à l'idée que l'on pouvait, sans tabou, mettre de l'altruisme au cœur de nos activités professionnelles. Pour toutes celles et ceux qui veulent mieux comprendre comment est né le CCA et ce qui l’anime, je leur envoie, ci-après, ce texte très inspirant de Frédéric Soussin qui est à l'initiative de la démarche ... et je les invite à venir au Forum, le 21 mars, où ils découvriront d'autres aspects humanistes et inattendus du management. 

Voici ce texte :

Et si on arrêtait de contempler notre nombril !

Il y a des jours où l’on se demande si le progrès mérite de s’appeler progrès : toutes ces évolutions technologiques, tous ces découvertes scientifiques, toutes ces oeuvres d’art sublimes pour en arriver à une humanité repue et désabusée. Une humanité sans rêve, sans utopie, sans cap. C’est peu ou prou ce que nous vivons, nous , heureux habitants boudeurs de l’occident. 

C’est peut-être en réaction à cet état de fait que la notion d’altruisme s’est imposée à moi. Une façon élégante de fuir cet horrible constat : nous avons tout, et en plus nous nous plaignons. Avec l’altruisme on met enfin le centre du monde là où il doit être : les autres. 

 

Quelle chance d'avoir les autres

Ils sont nombreux , ils sont intelligents, ils sont des reflets, ils sont des partenaires, ils sont notre passé, notre présent , notre avenir. Encore faut-il les aimer, les écouter, les comprendre, les reconnaitre.

Et là, le miracle se produit. Le plus court chemin vers notre plus profonde intimité passe par l’autre. Et plus il est différent de nous, plus il nous en apprend sur nous-même. Jacques Brel disait : « pour moi, Dieu c’est les hommes, et un jour ils le sauront ». 

Et ce jour pourrait être celui où ils comprendront qu’ils ne sont qu’un fragment du « tout » et plus leur regard sera émerveillé par les autres fragments plus ils se rapprocheront du « tout ».

C’est pour cela que fin 2016, à un moment où les temps me permettaient de revoir ma vie et mes engagements de fond en comble, j’ai eu une irrésistible envie de créer un collectif altruiste : Le Club des Consultants Altruistes. 

Un assemblage de mots qui peut paraitre iconoclaste à la première lecture, car l’image des consultants n’est pas toujours la meilleure qui soit dans notre société ! ( et cela est d’ailleurs souvent mérité, reconnaissons-le ).

Mais qu'est-ce qu'un consultant dans un monde comme le nôtre

- un observateur attentif sur tout ce qui touche à son champ d’expertise

- une pédagogue généreux pour rendre compréhensible ce qui est par essence complexe

- un intervieweur précis et curieux qui veut comprendre ce qui se passe

- un conseil avisé pour offrir les pistes vers les solutions

- un pollinisateur qui transporte d’un lieu à un autre les meilleures pratiques et pensées

- un marginal bienveillant qui a suffisamment de distance pour comprendre et de générosité pour donner

D’où le projet des Consultants Altruistes. Pourquoi ne pas sortir de temps en temps de la relation marchande pour aider à la collecte de ressources et aider à l’évolution des plus démunis.

Nous avons choisi une cause, celle de l’éducation des enfants les plus démunis. Notre avenir dépend d’eux. Nous devons le meilleur à ceux qui sont dans le plus grand dénuement. En les aidant, nous comprenons mieux nos problèmes et nos erreurs. En les aidant, nous leur permettons de s’approcher du géant qui est en chacun d’entre nous. Nous faisons de notre mieux pour réparer une injustice qu’ils subissent bien malgré eux. 

Et surtout, nous nous décentrons de notre nombril, ce qui est certainement la meilleure thérapie du moment ! 

 

Frédéric Soussin, Février 2017